Antidote à la morosité ambiante

Quand j’ai pas trop la patate, je vais rendre visite à mon pharmacien, Sébastien, rue de la Jonquière, dans le 17ème. Alors que certains se gavent de Médoc, j’opte pour l’Antidote, une pastille de carignan 100% du très connu Jean-Christophe Comor.

Sébastien, le pharmacien
Sébastien, le pharmacien (en mode BG).

Bon, je vous fais pas un dessin: l’ambiance en France en ce moment est quand même bien bien pourrie. Je ne rentrerai même pas dans les détails. Alors, bon, pas que je couve une dépression, mais j’ai quand même de plus en plus de temps en temps besoin d’un petit remontant, avant même l’arrivée du week-end. Genre, le lundi.

Apothèque. Je passe alors du côté de Guy Môquet et je ne résiste pas à m’arrêter dans la meilleure apothèque du quartier, j’ai nommé Sébastien Bercot (38 ans, 1m76, yeux noisettes, poil dru) chez Coureur de Terroirs, rue de la Jonquière, Paris 17.

Vins naturels. Là, je prends mon sachet (en papier recyclable) de JC Comor (Les Terres Promises, Bandol) pour la semaine: 2 doses matin, midi et le soir. Côté blanc, quand y’a plus d’À Bouche Que Veux-Tu? (ugny et vermentino), je prends une Analepse (carignan blanc), des vins droits, super frais mais pas dénués de d’épaisseur ni de profondeur. Tout est évidemment cultivé en bio avec des procédés très naturels, peu interventionnistes ; allez, parfois une macération plus ou moins carbonique (un process de vinification prisé des amateurs de “Nature”) mais pas de chimie, ni de saloperies dans les cuves.

Super good wine. Un peu down? À Bouche Que Veux-Tu? vous rend subitement plus loquace, plus gai, plus positif. De toute façon, rien que l’idée de siroter un jus qui respire la Provence, moi, ça me rend mieux. Selon les années, la bouche se montre charnue, gourmande, sans oublier une énergie au coeur de la matière qui tend subtilement le vin. Le truc super good quoi (prononcer soupeur goude).

Analepse permet sûrement de réaliser certains “retours en arrière”, afin de faire le point ou de trouver réponse à certaines questions existentielles. Cette quille bénéficie de beaucoup de fraicheur eu égard certainement à l’altitude (400m) de ses vignes. De la puissance, beaucoup de présence en bouche et des arômes atypiques.

Antidote (à la morosité ambiante)
Antidote (à la morosité ambiante)

Un je veux sur la langue. Des rouges, c’est À Ma Guise (carignan, grenache, cinsault et clairette) certainement la cuvée la plus connue. Une macération très courte (en mode primeur) et hop on met en bouteille un jus absolument délicieux, gorgé de fruit et de douceur. Le vin qui redonne goût dans la bouche et vous permet de dire à qui veut l’entendre: je fais ce que veux, comme je veux!

Tout va bien. Si après tout ça, vous broyez encore du noir, vous reste l’Antidote. Ce 100% carignan se la joue un peu À Ma Guise d’entrée de jeu pour finalement exprimer plus de force et de complexité aromatique, tout en gardant une belle fluidité. Ça, c’est franchement génial et tellement original. Après une gorgée, je m’enfonce dans mon fauteuil, et finalement, c’est pas si la chienlit que ça.


Advertisements