Bain de jouvence

Dans le Centre-Loire, du côté de Pouilly Fumé, le sauvignon (blanc) règne en maître. Bien conseillés par leur caviste, des amis se sont pointés chez moi avec un vin d’Alexandre Bain. The référence dans l’appellation.

Un petit tour sur le site Internet du domaine Alexandre Bain et les fans de Round Up peuvent rebrousser chemin à la lecture de la devise de la maison : “notre idéal est de produire des vins authentiques sans nuire aux hommes, à la terre ou à l’environnement”.

Oxy Carton Blindé. Et pourtant, l’affaire avait fait grand bruit il y a quelques temps puisque Spring 2012 d’Alexandre s’était vu refuser l’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) en 2014 au motif que les *dégustateurs* de l’AOC estimaient que ses vins étaient “oxydés” et “éventés”. 13000 bouteilles pourtant parties comme des petits pains, souvent sur les tables des plus grands restaurants.

#VDT. Rien n’y fera, l’AOC déclasse les vins, pourtant d’un raffinement rare, en Vin de Table. En se voyant dépecer de leur identité “Pouilly Fumé”, les vins d’Alexandre ont subi une sorte de déchéance de nationalité. C’est ce qu’avait subi également l’excellent vigneron Olivier Cousin, il y a quelque temps, en Anjou.

Pierre Précieuse 2014, par Alexandre Bain
Pierre Précieuse 2014, par Alexandre Bain

Pierre Précieuse. On connaît les sauvignons secs et hyper minéraux (#silex #pierreàfusil) assez similaires de Reuilly à Sancerre en passant par Ménetou-Salon et Quincy. Ceux d’Alexandre Bain nous emmènent dans un univers complètement différent. Suaves, feutrés, rassurants, dans un premier temps, cette très jeune Pierre Précieuse dessine de façon complexe et élaborée un portrait de son terroir et notamment du sol d’où elle fut extraite, à travers une texture finement granuleuse et une fraicheur qui semble (pourtant) jaillir des calcaires du Portlandien (135 millions d’années) de l’appellation Pouilly Fumé.

Exotisme en Centre-Loire. D’autres excellents vins étaient également passés à table ce soir là, mais celui-ci cristallisa l’attention des uns et des autres, à l’unanimité. Peut-être fut-ce également dû à ces notes de fruits jaunes mûrs, de miel, de parterre de fleurs, cette dimension exotique comme le sauvignon sait en délivrer sur certains millésimes. Je dois avouer que je fus le premier séduit étant parfois tombé sur des vins du domaine dont je trouvais l’élevage parfois un peu appuyé. Je recommanderais de garder ces vins 3 à 6 années avant dégustation. Car si nous aimons les bains de jouvence, les vins de Bain aiment prendre de l’âge.


#CheckThisOut – À Sancerre, toujours en Centre-Loire, je recommande vivement de déguster les vins de Sébastien Riffault.